Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ninidesLaux.over-blog.com

Une analyse critique de films, livres, opéras et expositions de peinture

VICTOR BRAUNER au MUSEE d'ART MODERNE DE LA VILLE DE PARIS 2 ANNEES DE GUERRE

 

           En 1940 Victor Brauner fuit à Marseille, espérant un visa pour quitter la France ; juif étranger, il est en effet mal parti ! N’obtenant pas de visa, il se réfugie dans les Hautes Alpes.

           Il continue à beaucoup produire, invente le « dessin à la bougie » avec de la cire. Et il crée le Congloméros, (contraction de conglomérat et Eros), fantastique créature où se mélangent l’homme, la femme, l’animal, le végétal…. Il y a aussi les « Loups -tables »

      

   En haut à gauche  Loup-table (1939/1947), Bois et éléments de renard naturalisé. J'adore les roustons, fourrés comme des chaussons

            A droite en haut Fascination (1939) Huile sur toile. Notre loup-table n'a pas l'air rassuré par cette étrange créature, femme à chevelure l'oiseau, qui s'est installée et le regarde (surtout l'oiseau) avec des idées derrière la tête....

            C'est la période où Brauner invente toutes sortes de bestioles composites comme, à gauche, Arc-en-ciel (1943) Huile sur toile enduite de cire, lézard/ femme /matou...

          A droite, cette Femme en chatte (1940) Huile sur toile, mi femme mi félin et dont la poitrine fait éclore une fleur.... 

            .....reste moins étrange que Souffrance, souffrance, (1941) Huile sur toile; à gauche.

            ..... qui renvoie directement à Héron d’Alexandrie (1939), Huile sur toile, à droite. Ce mathématicien aurait inventé les premiers automates. Ici Brauner se rappelle de séances de spiritisme, auxquelles son père se livrait… et qu'il regardait en cachette; la femme se dédouble, donnant naissance à une sorte d’ectoplasme, identique à la toile précédente (qui semble porter sur le côté des petites pattes, ou mains)  alors que dans Héron d'Alexandrie il enferme une forme humanoïde.

        

            C'est donc le moment ou Brauner crée les Congloméros, étrange alliage d'une grosse tête  et de plusieurs corps, qui peuvent être animaux comme dans Sans titre (1941) Graphite,  crayons de couleur et craie blanche sur papier, 

           ou bien tous humains comme dans ce Plâtre de 1945, Congloméros 

           On voit, à gauche, Victor Brauner photographié dans son atelier à côté d'une de ses créatures de plâtre.

            A droite, Projet pour La Palladiste, (1943), graphite, fusain et lavis. Est ce la tête de taureau ou le "visage", ce dessin me fait penser à Picasso

            Dans Tot-in-Tot ou la Grande Métamorphose (1943), à gauche, un bronze  accompagne le tableau.  Créature composite: jambe en demi-loup, tête en bec d'oiseau, et nourrice d'un arbre...

           Victor Brauner a considéré la perte de son oeil comme l'évènement majeur de son existence.

           Il était désormais condamné à voir un monde sans relief. Puis, vint la guerre et ces années passées, terré dans une maison paysanne du côté de Gap.

           De tout cela, il a fait son miel, développant un extraordinaire imaginaire où se mêlent la psychanalyse, le spiritisme, et une inventivité sans limites.

                  

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article